2020, une année noire pour le tourisme au Maroc

0 commentaires

 

Déscription article

Secteur clé pour l’économie nationale, le tourisme (7,1% du PIB national et plus de 70 milliards de recettes en devises) a pris de plein fouet la crise sans précédent induite par la pandémie du Covid-19. Une rude épreuve, face à laquelle plusieurs mesures ont été prises en vue d’amortir le choc. Les effets de cette pneumonie virale ont commencé à se faire ressentir dès l’annonce du confinement par les autorités marocaines au cours du troisième mois de l’année et de la fermeture des frontières terrestres et aériennes. Un coup dur pour les villes touristiques du Royaume qui tournaient au ralenti durant toute cette période spéciale.

Face à cette situation inédite, le Maroc a entrepris une panoplie de mesures et actions à même d’atténuer les répercussions de cette pandémie sur ce secteur important et des plus touchés. On recense particulièrement l’octroi des indemnités CNSS en faveur de milliers de travailleurs de la filière.

Le tourisme tentait ainsi de résister à la morosité absolue et de sortir la tête de l’eau. La levée du confinement, la reprise des déplacements entre les zones d’allégement, la reprise du transport public ferroviaire et routier interurbain, l’ouverture des frontières aux étrangers sous certaines conditions, la reprise des vols.. sont toutes des mesures qui ont permis de limiter les dégâts dans le secteur, après une chute libre ayant asphyxié l’économie nationale.

 

Dans ces conditions, et pour préserver la santé des touristes et mieux les accueillir, un protocole sanitaire a été mis en place. Il s’agit des mesures préventives pour endiguer la propagation du virus notamment la limitation de capacité d’accueil, le respect de la distanciation sociale, le port du masque et la stérilisation continue des établissements hôteliers et des bagages des visiteurs.

Néanmoins, l’impact estimé de cette crise pour le secteur au niveau national est significatif : un retrait pour les arrivées touristiques de 78% à fin novembre 2020, selon une note de conjoncture de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) au titre du mois de novembre.

« Suite à l’allégement des mesures de restriction aux voyages internationaux à partir du 6 septembre 2020, le rythme baissier des recettes touristiques a enregistré une légère atténuation courant ce mois pour se réduire de 89,1%, après une baisse de 96,7% un mois plus tôt », souligne la note du DEPF.

Cet allégement est prévu de se maintenir parallèlement à l’atténuation continue de la baisse moyenne observée durant les trois derniers mois du mouvement journalier des avions enregistré au niveau des aéroports nationaux, selon les analystes de la DEPF.

En effet, ce mouvement a reculé en moyenne de 71,2% au mois d’octobre, après -77% en septembre et -80,7% en août 2020, relève la même source, notant qu’au titre des 16 premiers jours du mois de novembre 2020, le retrait moyen de ce trafic s’est situé à -68,7%.

Pour leur part, les recettes touristiques se sont repliées de 59,5% au terme des neuf premiers mois de 2020, après +7,1% il y a un an, soit une perte de 35,8 milliards de dirhams. Quant aux arrivées touristiques, elles se sont repliées de 78% contre une baisse de 70% au niveau mondial.

Ainsi, pour donner une impulsion à la filière et insuffler une nouvelle dynamique pour accompagner sa relance et sa transformation, de énormes efforts sont déployés par le Royaume se traduisant par un contrat programme alliant acteurs publics et privés et recouvrant la période 2020-2022.

Ledit plan repose sur 3 axes principaux importants, à savoir le maintien des emplois et la préservation du tissu économique et de l’emploi, la stimulation de la demande et la transformation structurelle du secteur.

Dans cette approche de préservation d’emplois et de l’outil productif dans les différentes régions du Royaume, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) adopte une stratégie de « reconquête agressive » visant à récupérer rapidement les positions du Maroc dans le secteur touristique.

L’ONMT envisage ainsi de transformer cette crise en opportunité et de préserver la compétitivité de la destination Maroc dans un contexte de reconquête des marchés et de concurrence accrue post-covid.

Cette stratégie pour l’année 2021, qui intervient après l’annonce de la campagne nationale de vaccination, prévoit un accompagnement pour l’assouplissement des conditions d’accès au pays, une reconstruction de la capacité en siège aérien, une sécurisation des partenariats avec les TO et une activation de la promotion au niveau du client final.

source: lesiteinfo.com

0 commentaires

Laisser un commentaire

Top page